Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COLLEGE SAINT JOSEPH

COLLEGE EUROPEEN

Publié le par COLLEGE SAINT JOSEPH
Publié dans : #Les collégiens et le flamand ...

CANTON D'HONDSCHOOTE

TRANSFRONTALIER

L'emploi belge à votre porte

mercredi 11.01.2012, 14:00
Chaque année, Françoise Devey anime des réunions d'information sur les emplois transfrontaliers.Chaque année, Françoise Devey anime des réunions d'information sur les emplois transfrontaliers.

 

La Maison de l'emploi a organisé, pour la première fois, quatre réunions d'information sur l'emploi transfrontalier. Une occasion de présenter les opportunités outre-Quiévrain.


Dans la salle du cyber-centre à Hondschoote, une douzaine de demandeurs d'emploi avaient répondu à l'invitation de la Maison de l'emploi du pays de Flandre. Pour les uns, il s'agissait d'une découverte. Pour d'autres, l'accès aux emplois en Belgique est familier mais l'envie de décrocher un contrat à durée indéterminée reste le principal souci.
L'intervenante, Françoise Devey a animé cette rencontre. « A l'issue des quatre réunions organisées cette année, je peux dire que les gens étaient motivés, commente-t-elle. Mais c'est encore tôt pour analyser. Il est prévu de faire un bilan avec les personnes dans les six mois. » Quelques inquiétudes subsistent depuis l'annonce du changement de régime pour les impôts. Plane la crainte de la double imposition (celle en Belgique prélevée à la base), mais aussi celle qui pourrait s'effectuer en France.

Bouger et décrocher 
La mobilité des personnes est l'un des chevaux de bataille de la Maison de l'emploi. « Il faut encourager les personnes à se déplacer, précisent les intervenants. A quelques dizaines de kilomètres de nos communes, voire une centaine, des entreprises cherchent de la main d'oeuvres.
En Flandre occidentale, ce sont 700 000 emplois qui devront être occupés dans les prochaines années. Reste que, pour éviter l'écueil des emplois «  où l'on est exploité », soulignent des habitués du travail transfrontalier, il faut aussi être prudent envers certaines « boîtes ». Dans tous les cas, il y a des opportunités.
Il y a un potentiel. A titre d'exemple, entre Noël et Nouvel an, sur la région d'Ypres-Poperinge et Wervik, 381 offres d'emplois étaient disponibles pour les catégories « ouvriers, opérateurs et production ». La Belgique n'est pas l'Eldorado du travail. Cela demande de la part du transfrontalier une bonne organisation et une volonté à toute épreuve.

L'handicap de la langue
La barrière linguistique revient toujours dans les conversations. Handicap ou pas, il est toujours possible de pallier cette lacune. La connaissance du flamand reste un atout pour comprendre nos voisins. Un atout aussi pour commencer à s'intégrer dans les entreprises belges.
La question se pose : comment prépare-t-on les gens à relever ce défi linguistique ? L'Institut de la langue régionale flamande, mais aussi l'Education nationale et des établissements scolaires privés, ont un rôle à jouer. Des réponses sont apportées mais timides.
Est-ce suffisant ? C'est dès la scolarité que l'handicap doit être dépassé. Les familles ont-elles conscience que cette connaissance du flamand et du néerlandais sera un atout pour leurs enfants dans le domaine économique ? Il faudra encore du temps.

Hugues DORGUEIL 

Commenter cet article

nadiapub 12/02/2013 12:31

Le Néerlandais et le Flamand
Là, nous nous intéresserons qu’aux deux termes : Le néerlandais, et le flamand.
La première est perçue comme la langue officielle du pays –Bas et parlée dans tout le pays, de même qu’au sein des territoires d’outre-mer, en République du Suriname, dans la communauté flamande et
en région bruxelloise.Quantau flamand, c’est un dialecte néerlandais parlé en Belgique.
http://www.neerlandais.info/2013/02/le-neerlandais-et-le-flamand.html